Accueil Vie de la SAR La Une Initiation Système solaire Constellations Lexique

Les calendriers

Calendriers :
• Lunaires et luni-solaires
• Chaldéen
• Égyptien
• Musulman
• Romain
• Julien
• Réforme grégorienne
• Républicain
• La semaine
• Jour julien

La réforme grégorienne

L'année tropique est égale à 365.242 2. L'année julienne est basée sur une durée de 365.25 jours, elle est donc plus longue d'un peu plus de 11 mn, soit un jour plein par période de 128 ans. L'écart était déjà de près de 3 jours en l'an 325.
En cette année 325 se réunit le premier concile œcuménique reconnu de l'histoire : celui de Nicée. Il devait (entre autre) fixer la date officielle de Pâques qui, selon la règle, est le premier dimanche après la Pleine Lune qui suit l'équinoxe de printemps. Malgré la nécessité évidente de modifier le calendrier julien, il fut seulement décrété que l'équinoxe de printemps aurait désormais lieu tous les 21 mars et l'on ne prit pas soin de corriger la durée de l'année. L'erreur, pensait-on à l'époque, venait de ce que l'astronome Sosigène d'Alexandrie (1er siècle avant notre ère) avait mal déterminé la date de l'équinoxe. Ainsi, l'écart entre le 21 mars et l'équinoxe (vraie) continua d'augmenter.
Ce n'est qu'au XIIIe siècle que l'on comprit que ce décalage provenait d'une valeur erronée pour la longueur de l'année.
En accord avec les astronomes, les théologiens réexaminèrent le problème au 16e concile de Constance (1414 - 1418) puis à celui de Trente, réclamé lui depuis un demi-siècle (1545 - 1563). Ce dernier confia le soin de la réforme... au Saint-Siège ! Le pape Grégoire XIII.
En 1570, le pape Grégoire XIII nomma une commission présidée par le cardinal Sirleto, assisté d'un savant jésuite : Christophoro CLAVIO (astronome et mathématicien d'origine allemande plus connu sous le nom de Clavius, mais de son vrai nom Christoph SCHLÜSSEL, 1537 - 1612), d'un théologien : Vincenzo LAUREO, et d'un juriste français : Séraphin OLIVIER. L'affaire fut également étudiée dans les universités catholiques d'Alcalà, Louvain, Padoue, Paris et Salamanque *.

Le pape Grégoire XIII.

Le 24 février 1582, un acte émanant du pape institua le nouveau calendrier. Les 10 jours surnuméraires (l'équinoxe tombait alors le 11 mars) seront supprimés, ainsi le jeudi 4 octobre 1582 sera immédiatement suivi du vendredi... 15 octobre 1582. (En France on passa du dimanche 9 au lundi 20 décembre 1582 et notre calendrier moderne était né).
Cette décision de supprimer 10 jours provoqua un véritable tollé : les serviteurs réclamèrent leur mois de gage complet, évidemment leurs maîtres refusèrent, et d'une façon plus générale les citoyens virent d'un mauvais œil leur vie raccourcie par simple autorité papale.
De plus, afin de garder l'accord avec l'année tropique, 3 jours devront être supprimés par période de 400 ans. Ainsi seules les années séculaires divisibles par 400 resteraient bissextiles, alors qu'elles l'étaient toutes dans le calendrier julien (1600, 1700, 1800, 1900, 2000 et 2100 sont divisibles par 4 et dans le calendrier julien elles sont toutes bissextiles ; avec le nouveau système, seules 1600 et 2000 sont divisibles par 400 et restent bissextiles, en revanche 1700, 1800, 1900 et 2100 ne le sont pas et deviennent des années « ordinaires »).
Malgré cette amélioration, il subsiste une différence de 26 secondes entre l'année grégorienne et l'année tropique, mais il faut 3 300 ans pour atteindre un décalage d'une journée.
La réforme fut adoptée par tous les états catholiques entre les années 1583 et 1587. Les protestants, ne pouvant accepter la réforme d'un pape catholique, firent de la résistance. Calendrier chinois.
L' Angleterre ne se laissa convaincre qu'en 1752 après avoir retiré 11 jours et adopté le 1er janvier comme début d'année; leur ancien calendrier faisait démarrer l'année le 25 mars. Tout en se gardant bien de l'appeler « grégorien », l'adoption du nouveau calendrier fit que le jour suivant le 31 décembre 1751 devint le 1er janvier 1752 (au lieu de 1751). De plus, afin de corriger les erreurs accumulées avec l'ancien calendrier julien, il fut décidé que le lendemain du 2 septembre 1752 serait le 14 septembre de la même année. Pas étonnant qu'en matière de chronologie, les historiens aient parfois bien du mal à s'y retrouver.
Le Japon se rallia au groupe le 1er janvier 1873 (dans la réalité, il semblerait qu'il ne soit utilisé que parallèlement à l'ancien système des années de règne). Les pays orthodoxes furent encore plus longs à résister : Russie en 1919 et Turquie en 1924.

Calendrier chinois, 23e année de l'empire Guang Xu.

La Chine, jusqu'à la fondation de la République en 1911, combinait les titres des années de règne aux années lunaires. Ensuite, en passant à une année solaire, les dates furent calculées à partir... du début de la République. Le calendrier grégorien fut finalement adopté en 1949. Officiellement seulement, car si l'administration et les structures officielles respectent le calendrier grégorien, le peuple suit toujours le calendrier traditionnel pour les fêtes et les célébrations.

* Cette commission s'inspira très largement des travaux de l'astronome italien Luigi GIGLIO (Aloysius LILIUS, 1510 - 1576). Après son décès, son projet de réforme fut remis par son frère au pape Grégoire XIII. Luigi GIGLIO est certainement le véritable architecte du calendrier grégorien.

Rechercher sur le site
Valid HTML 5.0 L'usine à bugs !
Société d'Astronomie de Rennes - Maison du Parc - 2, Ave André Malraux - 35000 RENNES - SIREN 480 593 748 - APE 913E