Accueil Vie de la SAR La Une Initiation Système solaire Constellations Lexique

Type de monture

Instruments :
• Mise en station
• Type d'instruments
• Type de montures

La qualité de la monture d'un instrument d'observation est aussi importante que la qualité de son optique.

Cliquez sur les images, des animations apparaîtront

Monture azimutale

Voir animation monture azimutale

Une monture azimutale permet de déplacer le tube optique parallèlement et perpendiculairement au sol. En tout autre lieu que les pôles et l'équateur, il convient de combiner ces deux mouvements pour suivre les astres qui, eux, se déplacent " en biais " par rapport à l'horizon.
Il est donc nécessaire de manoeuvrer en même temps les 2 axes pour pouvoir suivre un objet.
Généralement on utilise ce genre de monture pour de l'observation visuelle simple. Par exemple les dobson.
Pour motoriser une monture azimutale pour l'observation astronomique, il faut employer deux moteurs dont les vitesses de rotation seront variables en fonction de l'orientation.

Monture équatoriale

Monture équatoriale

À l'équateur, les astres suivent des trajectoires apparentes perpendiculaires à l'horizon. Un seul mouvement est donc nécessaire pour compenser la rotation de la Terre car un des axes est parallèle à l'axe de la Terre.
En conservant ce principe si on s'éloigne de l'équateur il va falloir incliner cet axe de façon qu'il reste parallèle à l'axe de la Terre.
Autrement dit, lorsque l'on parle de monture équatoriale, on fait référence à une monture azimutale dont l'un des axes est incliné selon un angle égal à la latitude du lieu d'où l'on observe.
En effet, dans cette circonstance l'axe de rotation de la monture est dans le prolongement de celui de la Terre, ces deux axes sont confondus, un seul mouvement de rotation est nécessaire.
Plusieurs types de montures équatoriales existent :

Voir animation monture fourche

Monture équatoriale à fourche

Les télescopes de Newton et de Schmidt-Cassegrain sont la plupart du temps vendus avec des montures équatoriales à fourche.
La monture à fourche peut être légère et elle encombre peu l'environnement de l'instrument. Ce dernier point est particulièrement important pour l'utilisation d'un télescope de Newton car il facilite l'accès à l'oculaire qui se trouve sur le côté du télescope.
On peut utiliser cette monture avec une lunette ou un télescope de n'importe quelle formule.
Toutes les positions dans le ciel sont accessibles.

Monture équatoriale allemande

Voir animation monture allemande

C'est la monture équatoriale la plus commune pour les lunettes et les petits télescopes.
La monture allemande peut être plus compacte que la monture à fourche mais avec certains instruments (lunettes, télescopes de Cassegrain...) elle doit avoir un socle très haut pour permettre un accès confortable à l'oculaire.
Son principal défaut tient à la position en porte-à-faux de toute la masse du tube optique et de ses accessoires. Des contre-poids sont nécessaires pour l'équilibrage. La fabrication de la monture doit être robuste.
Un inconvénient de cette disposition se manifeste dans certaines orientations quand le tube optique vient buter contre le socle de la monture. A ce moment il faut alors procéder au "retournement", c'est à dire qu'il faut faire pivoter chacun des deux axes de 180°. Cette manœuvre déplace le tube optique de l'autre côté du socle.
Au CALC nous avons ce type de monture

Monture équatoriale à berceau ou anglaise

Voir animation monture berceau

Cette monture a été inventée par Ramsden en 1791.
Son principe consiste à soutenir l'instrument dans un cadre fermé. Ce cadre est articulé sur deux tourillons orientés au Nord céleste. Cette disposition évite tout porte-à-faux et elle favorise une bonne stabilité de l'instrument.
Ce type de monture est très encombrante et elle peut rendre difficile l'accès à l'oculaire dans certaines orientations.
Il est impossible de viser le pôle et sa région car le cadre doit être suffisament épais pour la rigidité.
Evidement ces montures à berceau ne sont pas adaptées pour constituer des instruments transportables.
Cette formule est très peu utilisée actuellement mais dans le passé elle a supporté certains des télescopes les plus célèbres. Voir le télescope Hoocker du Mt Wilson

Monture équatoriale en fer à cheval

Voir animation monture fer à cheval

Cette monture est une variante de la monture équatoriale à berceau. Le berceau repose sur un chemin de roulements.
Le bout du berceau est en forme de fer à cheval, d'où son nom, ce qui permet le dégagement vers la zone polaire.
Surbaissées et parfaitement stables, ce sont des montures idéales pour les grands Newton, mais totalement inadaptées aux Cassegrain et autres Schmidt-Cassegrain, pour lesquels l'arrière du miroir principal doit être accessible.
Ce type de monture est utilisée sur les grands télescopes (type 5 m du Palomar ou le télescope franco-canadien d'Hawaï (CFHT))

Monture équatoriale anglaise simple

Voir animation monture anglaise

On retrouve, comme pour la monture à berceau, l'axe horaire maintenu par des paliers à ses deux extrémités.
Cet axe horaire n'est donc pas en porte-à-faux mais c'est l'axe de déclinaison qui est doublement en porte-à-faux comme celui de la monture allemande.
La monture anglaise permet de viser le pôle.
Ce type de monture est lourde et encombrante. On utilise très rarement ce procédé.
Cette disposition peut rendre difficile l'accès à l'oculaire dans certaines orientations.
Voici un exemple d'utilisation à l'OHP : Télescope de 193cm

Rechercher sur le site
Valid HTML 5.0 L'usine à bugs !
Société d'Astronomie de Rennes - Maison du Parc - 2, Ave André Malraux - 35000 RENNES - SIREN 480 593 748 - APE 913E