Accueil Vie de la SAR La Une Initiation Système solaire Constellations Lexique
G
Une des 10 classes spectrales dans la typologie définie par l´observatoire de Harvard.
Les étoiles de type G sont de couleur jaune avec une température de surface comprise entre 4 500 et 6 000 kelvins. Leur spectre montre le raies H et K du calcium ionisé (Ca II) et raies métalliques Ca I et Fe I (exemple : Soleil).
C´est aussi le symbole de la constante gravitationnelle (6.67 × 10-11N·m2·kg-2).
Tableau du classement spectrale
Galactique
L'astronomie galactique est une branche de l'astronomie qui étudie les objets célestes appartenant à notre galaxie.
Voir aussi : [ Extragalactique ]
Galaxie
Une galaxie est, en cosmologie, un assemblage d´étoiles, de gaz, de poussières et de matière noire regroupés par la force gravitationnelle.
La Voie lactée, la galaxie dans laquelle se trouve le système solaire, compte quelques centaines de milliards d´étoiles et a une extension de l´ordre de 100 000 années-lumière. La plupart des galaxies typiques comportent un nombre similaire d´astres, mais il existe aussi des galaxies naines comptant quelques dizaines de millions d´étoiles seulement, et des galaxies géantes comptant plusieurs milliers de milliards d´étoiles.

Hubble sequence

En astronomie, la séquence de Hubble est une classification des types de galaxies basée sur des critères morphologiques et fut développée en 1936 par Edwin Hubble.

Elliptique
E : ELLIPTIQUE
À gauche du schéma classique représentant la séquence de Hubble se trouvent les galaxies elliptiques. Ces galaxies présentent une distribution des sources lumineuses douce, régulière et dépourvue de motifs quelconques et ont, comme leur nom l´indique, la forme d´une ellipse. Elles sont notées de la lettre E, suivie d´un nombre n représentant leur degrés d´excentricité apparent.

Spirale barrée Spirale
S : SPIRALE
À droite, la séquence de Hubble se divise en deux branches qui représentent les galaxies spirales. Une galaxie spirale consiste en un disque aplati constitué d´une structure en spirale, où de nombreuses étoiles se forment, et d´un bulbe central.
- Sa (SBa) : des bras diffus et très resserrées, un noyau étendu et lumineux
- Sb (SBb) : les bras sont moins enroulés que ceux des Sa, et le bulbe est relativement plus faible
- Sc (SBc) : les bras sont étendus et lâches, permettant de résoudre des amas stellaires et des nébuleuses en leur sein, le bulbe perd encore en importance par rapport à la catégorie précédente.
- Sd (SBd) : des bras très faiblement enroulées et fragmentaires, la majorité de la lumière provient des bras et non plus du bulbe.

Lenticulaire
S0 : LENTICULAIRE
Au centre du diagramme, entre les elliptiques et les spirales, se trouve une classe intermédiaire, les galaxies lenticulaires. Ces galaxies se composent d´une bulbe central brillant, à la manière des galaxies elliptiques et d´une structure étendue en forme de disque qui l´entoure. à la différence des galaxies spirales, la disque galactique des galaxies lenticulaires ne présente pas de bras spiraux.

Irrégulière
Irr : IRREGULIERE
Les galaxies qui n´entrent pas dans la séquence de Hubble car elle n´ont pas de structure régulière sont appelées galaxies irrégulières. Hubble définit deux classes de galaxies irrégulières :
- Irr I : ces galaxies au profil asymétrique n´ont pas de bulbe central ou de spirale évidente ; au lieu de cela, elle contiennent beaucoup d´amas individuels d´étoiles jeunes.
- Irr II : ces galaxies ont une apparence asymétrique plus douce et ne sont pas clairement résolvables en étoiles ou en amas.

GALILEI Galileo, dit Galilée (1564, Pise - 1642, Arcetri)
Portrait de Galilée Considéré comme l´instigateur de la science expérimentale, Galilée est tout autant physicien que mathématicien ou astronome.
Dès 1583, il démontre que la durée de l´oscillation d´un pendule est indépendante de l´amplitude du mouvement et énonce le principe d´inertie.
En juin 1609, il apprend l´existence en Hollande d´un dispositif à usage militaire capable de faire apparaître proche des objets éloignés. À partir de quelques renseignements sommaires, il parvient à construire un appareil du même type et en détourne l´utilisation à l´étude de la Lune (ses premières descriptions du relief lunaire vaudront à cet instrument optique le nom de « lunette ») et de la voûte céleste. Dans son Sidereus Nuncius (le Messager Céleste), qui paraît moins d´un an après ces observations, il annonce également la contemplation de taches à la surface du Soleil, mettant ainsi à mal le dogme de l´incorruptibilité des cieux.
En janvier 1610, il découvre les quatres gros satellites de Jupiter (Io, Europe, Ganymède et Callisto, appelés pour cette raison « satellites Galiléens ») et les phases de Vénus. Ces observations confortent son idée de la rotation de la Terre sur son axe en une journée et de sa révolution autour du Soleil sur une année. Cette conception, considérée comme hérétique, lui vaut une condamnation à résidence (1633) par le Saint-Office, ce qui n´empêchera nullement ses écrits de se divulguer dans l´Europe savante.
Les 28 décembre 1612 et 22 janvier 1613, lors d´observations de Jupiter, Galilée reporte sur ses dessins une étoile qui s´avérera être... Neptune ! Les deux planètes étaient angulairement proches l´hiver 1612-1613. On sait aujourd´hui qu´il avait également observé, sans en avoir autrement conscience, la planète Uranus...
Un cratère de 15.5 km de diamètre lui est voué à la surface de la Lune (10.5 °N - 62.7 °O) ainsi qu´une rainure sinueuse de 180 km de longueur (13.0 °N - 58.0 °O). Il se voit également attribué un cratère martien et l´astéroïde n° 697.

* - Une sonde spatiale vers Vénus lui est dédiée.

Gémeaux
Une des 13 constellations du zodiaque. Son sigle est Gem (Gemini).
Géocentrisme
Ancien modèle cosmologique qui plaçait la Terre au centre de l´Univers. Il fut progressivement abandonné à partir du 16e siècle au profit de l´héliocentrisme de Nicolas COPERNIC.
GéoïdeGéoïde
Un géoïde est une surface équipotentielle de référence du champ de pesanteur terrestre. Volume théorique dont la surface est perpendiculaire à la verticale en chaque point du globe et passant par le niveau moyen des mers.


Source: NASA's GRACE

Gibbeux
Le terme, qui désigne un objet en « forme de bosse », s´applique à un corps du système solaire lorsque sa surface visible depuis la Terre est éclairée à plus de la moitié.
Sir David Gill (12 juin 1843 - 24 janvier 1914)
Portrait de Galilée Sir David Gill était un astronome écossais qui a passé la majeure partie de sa carrière en Afrique du Sud.
Il a utilisé la parallaxe de Mars pour déterminer la distance au Soleil et a aussi mesuré des distances aux étoiles. Il a amélioré l'utilisation de l'héliomètre. Il était l'astronome de Sa Majesté au Cap de Bonne-Espérance de 1879 à 1906. Il fut un pionnier de l'astrophotographie et un des premiers partisan du projet Carte du Ciel.



Girafe
Constellation circumpolaire nord qui semble avoir été créée uniquement pour combler une région du ciel comprenant peu d´étoiles très brillantes entre la Grande ourse et Cassiopée. Son sigle est Cam (Camelopardalis).
Gnomon
Le mot Gnomon est un mot latin qui veut dire aiguille de cadran solaire, venant du grec Gnômôn qui désignait une règle ou ce qui sert de règle. Par dérivation un gnomon est le nom du plus simple cadran solaire : un bâton planté verticalement dans le sol, ou même encore plus simple : l'homme lui-même.
Grand chien
Constellation facile à repérer au sud-est d´Orion, elle contient l´étoile Sirius qui est la plus brillante de tout le ciel. Son sigle est CMa (Canis Major).
Grande ourse
Elle fait partie des constellations les plus anciennes et les plus connues, bien qu´elle s´étende très au-delà de la forme simplifiée de l´astérisme du « Grand chariot » ou de la « Casserole » avec laquelle elle est parfois confondue. Son sigle est UMa (Ursa Major).
Gravitation
La plus faible des quatre forces fondamentales de la nature. Uniquement attractive, elle attire deux corps avec une force proportionnelle aux masses et inversement proportionnelle au carré de la distance.
Deux corps ponctuels de masse MA et MB s'attirent avec une force proportionnelle à chacune des masses, et inversement proportionnelle au carré de la distance qui les sépare. Cette force a pour direction la droite passant par le centre de gravité de ces deux corps.
La force exercée sur le corps B par le corps A est vectoriellement donnée par :

Expression mathématique selon NewtonConstante gravitationnelle

Exprimée par Isaac NEWTON en 1685 dans le cadre de la mécanique classique, cette loi sera vérifiée expérimentalement par Henry CAVENDISH (1731 - 1810) en 1798.
Dans la théorie de la relativité générale, énoncée par Albert EINSTEIN en 1916, la gravitation devient une propriété de l´espace-temps qui se déforme en présence d´un corps massif.

Greenwich
Observatoire de Greenwich Méridien Ancien observatoire au sud-ouest de Londres dont le méridien a été arbitrairement adopté comme « méridien zéro ». C´est lui qui marque l´origine des fuseaux horaires.
Il a été créé le 22 juin 1675 sur ordre du roi Charles II d'Angleterre, qui a en même temps créé pour son directeur le poste d'Astronome royal (Astronomer Royal). Ce dernier devait « s'appliquer avec le plus grand soin et la plus grande diligence à corriger les tables indiquant les mouvements du ciel et la position des étoiles fixes, afin de déterminer les meilleures longitudes et perfectionner l'art de la navigation. »

Les coordonnées du CALC : +47° 53' 34.86" N, 1° 30' 23.21" O
+47° 53' 34.86" N : Hémisphère Nord
1° 30' 23.21" O : Légèrement à l'ouest du méridien de Greenwich.
Grive solitaire
Cette ancienne constellation est issue, sous le nom latin de « Turdus Solitarius », de l´imagination de l´astronome français Pierre Charles LE MONNIER en 1776. À l´origine ce nom faisait référence à un oiseau appelé le « Solitaire » (Pezophaps Solitaria), plus connu sous le nom de « dodo ». C´est une mauvaise interprétation qui l´aurait transformée en grive.
Grue
Petite constellation de l´hémisphère Sud située entre le Poisson austral et le Toucan. Son sigle Gru (Grus).

Crédits photographiques : NASA/ESA

Rechercher sur le site
Valid HTML 5.0 L´usine à bugs !
Société d'Astronomie de Rennes - Maison du Parc - 2, Ave André Malraux - 35000 RENNES - SIREN 480 593 748 - APE 913E